ISLIDER2
Facebooktwittermail

☞ http://www.senat.fr/scrutin-public/2015/scr2015-126.html

Scrutin n° 126 – séance du 22 janvier 2016

sur l’amendement n° 148 rectifié ter, présenté par Mme Chantal Jouanno et plusieurs de ses collègues, tendant à rétablir l’article 51 quaterdecies du projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

Résultat du scrutin :

Nombre de votants : 329
Suffrages exprimés : 313
Pour : 81
Contre : 232

Le Sénat n’a pas adopté (les résultats ci-dessus ont fait l’objet d’une mise au point en séance publique)

Votes des sénateurs par départements du Poitou Charentes :

Deux-Sèvres

Charente

Charente-Maritime

Vienne

 

Courriels envoyés aux sénateurs du Poitou-Charentes ayant voté pour l’interdiction des néonicotinoïdes :

 

Monsieur le Sénateur,

Je vous remercie vivement – au nom de l’association ABEILLE DU POITOU, d’avoir courageusement, lors du scrutin n° 126 de la séance du 22 janvier 2016 au Sénat d’avoir voté favorablement à l’amendement n° 148 rectifié ter, présenté par Mme Chantal Jouanno et plusieurs de ses collègues, tendant à rétablir l’article 51 quaterdecies du projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

L’association ABEILLE DU POITOU dénonce :

  • la lâcheté des 232 sénateurs qui ont voté contre l’amendement n° 148 rectifié ter ;

  • la couardise de ces 232 sénateurs qui ont choisi de fuir leurs responsabilités en ne décidant de rien et en laissant au ministre Stéphane LE FOLL la décision de mettre en pratique les recommandations de l’ANSES, pourtant précédemment qualifiées

    d’inapplicables par la ministre de l’Ecologie ;

    Ainsi donc, in fine, le Sénat protège les néonicotinoïdes et préfère défendre les intérêts de l’agrochimie au mépris des abeilles, de la biodiversité et de la santé publique. Nous condamnons fermement le rejet de cet amendement et le déni scientifique et démocratique que ce vote représente. L’amendement4 et son sous-amendement5, adoptés en lieu et place de cette interdiction sont une provocation faite aux apiculteurs et aux défenseurs de la biodiversité et de l’agriculture paysanne.

    Nous vous savons gré de vivre dans le réel et d’avoir pris conscience de la nécessité absolue de lutter contre les néonicotinoïdes. Il est appréciable de vous savoir parmi nous, engagé et éclairé. Rendez-vous désormais à l’Assemblée nationale, le combat n’est pas terminé !

    Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Sénateur, l’expression de notre considération la plus distinguée. 

Facebooktwitter

Laisser un commentaire