robot-bees
Facebooktwittermail

Inspiré par la biologie de l’abeille et le comportement de l’insecte social …

Cherchant à repousser les limites de la robotique miniaturisée et à innover dans les sources d’hénergies micro compact ou encore au niveau de la création de capter électroniques “intelligents”, les chercheurs du pôle “RoboBees” de la célèbre université de Harvard invente le robot “abeille”, lequel s’inspire et tente d’imiter -ou singer, les caractéristiques de notre insecte social préféré l’abeille domestique. Ces micros robots seraient capables d’effectuer des tâches indépendantes tout en ayant la possibilité d’évoluer en coordination avec d’autres robots. Pour l’heure, ces algorithmes de coordination censés gérer plusieurs machines “abeille”seraient encore à affiner.

Applications pratiques

Ces insectes robots peuvent être utilisés pour une variété de tâches dont :

  • la pollinisation autonome d’un champ de cultures;
  • la recherche et le sauvetage (par exemple, à la suite d’une catastrophe naturelle);
  • l’exploration d’environnement dangereux;
  • la surveillance militaire;
  • Etablissement de cartographie climatique et météo haute résolution
  • la surveillance du trafic.

Ce sont les applications ubiquitaires généralement invoqués dans le développement de robots autonomes. Cependant, en imitant la robustesse physique et comportemental des groupes d’insectes en coordonnant un grand nombre de petits robots agiles, les scientifiques déclarent qu’à terme leurs engins seront en mesure d’accomplir ces tâches plus rapidement, de façon plus fiable, et plus efficacement.

Vision et objectifs

Les chercheurs imaginent que la recherche inspirée de la nature pourrait conduire à une meilleure compréhension dans le but d’imiter artificiellement le comportement collectif et “l’intelligence” d’une colonie d’abeilles sociales. De nouvelles méthodes seraient en cours d’élaboration concernant la conception et la construction d’un système nerveux électronique capable de détecter et de s’adapter à des environnements changeants avec habileté.

Les scientifiques prévoient que ces dispositifs devraient ouvrir un large éventail de découvertes et d’innovations pratiques notamment dans des domaines tels l’entomologie et la biologie en passant par le développement de l'”amorphes comptine” et le génie électrique.

Grâce à une relation avec le Musée de la Science de Boston, l’équipe créera également une exposition interactive pour enseigner et inspirer les futurs scientifiques et ingénieurs.

 

Pour suivre le projet : http://robobees.seas.harvard.edu

Facebooktwitter

Laisser un commentaire