capture
Facebooktwittermail

 

Le projet de l’ABEILLE du POITOU  “Lutte contre les déserts apicoles en nord Deux-Sèvres” a participé au concours des associations organisé par le Crédit Agricole Charente Maritime / Deux-Sèvres en fin d’année 2017.

Dernièrement, nous avons été informés que notre projet  avait été retenu parmi les 8 finalistes.

Le 27 mars 2018, dans les locaux du Crédit Agricole, à Lagord près de la Rochelle,  le classement final sera dévoilé et les 8 associations récompensées.

 

 

Objectifs du projet :

  • Maintenir la présence d’apiculteurs sur tout le territoire nord Deux-Sèvres.
  • Réimplanter des ruchers dans les secteurs où il n’y en a plus.
  • Assurer la survie de l’abeille sauvage et la pollinisation des végétaux.

ETAT des lieux

L’abeille sauvage qui ne bénéficie pas de l’aide de l’homme disparaît inexorablement. Seules les ruches domestiques en essaimant l’empêchent de disparaître complètement.

Depuis 2001, notre rucher école forme une vingtaine de nouveaux apiculteurs chaque année.

Après enquête, il s’avère que 50 % d’entre eux abandonnent l’apiculture dans les 5 ans qui suivent leur formation parce l’apiculture ne s’improvise plus comme autrefois.

1 colonie d’abeilles sur 3 disparaît dans l’année. La remplacer coûte cher : de 100 à 150 €…

Actions mises en place

       Opération parrainage ; elle visera à aider les nouveaux apiculteurs pendant et après leur formation initiale.

Création de 8 ou 9 micros ruchers écoles disséminés sur le territoire Nord Deux-Sèvres

afin d’être plus proches de nos adhérents.         Chaque micro rucher sera tenu par un apiculteur confirmé. Il y recevra les adhérents qui veulent apprendre ou se perfectionner aux méthodes qui permettent de multiplier les colonies.

  • Aide matérielle aux nouveaux apiculteurs. Chaque micro rucher devrait ainsi, à partir des 2 colonies mises à disposition par l’Abeille du Poitou, permettre la création de 6 à 8 nouvelles colonies par an. Celles-ci seront cédées à prix coutant aux nouveaux apiculteurs soient 45 /50 € alors que le prix du marché varie de 100 à 150 € en fonction de la saison.
  • Aide aux communes & entreprises à créer leur propre rucher
  • Cartographie de la présence de ruches et d’abeilles sauvages sur le Nord D.S

Communication

  • Interventions dans les écoles, collèges et lycées (en décembre conférence au lycée Dautet à la Rochelle) pour informer les jeunes de l’urgence de nos actions.
  • Information auprès de la population par l’intermédiaire des journaux, radios.. pour faire connaître le projet et surtout recenser les colonies d’abeilles sauvages dans les cheminées, toitures, troncs creux…
  • Impact

80 % des espèces végétales ont besoin des insectes pollinisateurs

En trente ans la quantité d’insectes butineurs (pas le nombre d’espèces) aurait diminué de 75 %. Les oiseaux et petits mammifères insectivore suivant la même courbe.

Nous sommes tous concernés ; jardiniers, agriculteurs, ruraux, urbains, nous devons nous mobiliser en pensant aux générations futures.

Restons réalistes, la partie est loin d’être gagnée. Les intérêts économiques, l’évolution de l’agriculture et des paysages ne nous facilitent pas la tâche.

Nous espérons que notre projet va « essaimer » et que nos actions seront reprises dans de nombreux départements.

Merci au Crédit Agricole pour l’aide qu’il va nous apporter.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire