Aethina_Tumida
Facebooktwittermail

Publié dans le numéro 73 de mars 2016 du “Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation”, le petit coléoptère des ruches, Aethina tumida, est encore présent en Italie en 2015.

Détectée dans le Sud de l’Italie en Calabre en septembre 2014, ce coléoptère peut se multiplier abondamment dans les colonies infestées où il se nourrit du couvain, du miel et du pain d’abeille. Dans les cas de forte infestation, les cadres des ruches peuvent être très endommagés, entraînant la fermentation et la dégradation complète du miel par les excréments des coléoptères.  Aethina tumida peut donner plusieurs générations par an (de 1 à 6), selon les conditions environnementales (le climat et la composition des sols). La dissémination du petit coléoptère des ruches est favorisée par les mouvements d’abeilles, de colonies, d’essaims, de cire ou de matériel apicole.

Au total, sur l’ensemble de l’année 2015, 913 ruchers ont été inspectés en Calabre et 442 en Sicile. Entre le 1er décembre 2015 et le 29 décembre 2015, aucun nouveau foyer n’a été mis en évidence. Les informations officielles provenant du LNR italien stipulent que dans tous les cas où le petit coléoptère des ruches a été détecté, les mesures de police sanitaire ont été appliquées, à savoir la destruction des colonies par le feu conformément à la réglementation européenne.

Le LNR italien a procédé à un retour d’expérience sur l’utilisation des pièges pour capturer les coléoptères adultes dans les conditions de terrain en Calabre. Après ces deux années de suivi, on constate que les pièges en plastique ondulé placés sur le plancher des ruches (« pièges Schaefer ») n’ont pas permis de capturer efficacement les individus adultes d’A. tumida. Les pièges placés entre les cadres se sont révélés plus efficaces. En conséquence, le LRUE pour la santé des abeilles avec le LNR italien et d’autres partenaires européens vont prochainement actualiser le document guide portant sur la surveillance et la détection des cas de petit coléoptère des ruches en Europe.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire