Facebooktwittermail

Mise en page 1 

Constats après enquête de l’Abeille du Poitou

Un nouvel apiculteur sur 2 abandonne dans les 5 années qui suivent sa formation de base au rucher école.

Pourquoi ?

– Seul, craignant de faire une erreur, manquant d’expérience pour faire un diagnostic sur l’état de la ruche et prendre la décision adaptée à la situation… autant de problèmes à résoudre qui mènent souvent à l’échec. En binômes ou accompagnés d’un apiculteur ayant plus d’expérience, les petits nouveaux sont plus aptes à prendre la bonne décision et prennent plus vite confiance en eux.

– Depuis plus d’une décennie, la mortalité annuelle représente entre 25 et 40 % des colonies. Si l’apiculteur ne maîtrise pas la division des colonies, son cheptel sera décimé en quelques années sonnant la fin de l’activité pour le jeune apiculteur.

– Des candidats à l’apiculture même très motivés, après avoir pris des renseignements sur le coût du démarrage, renoncent à se lancer dans cette activité trop onéreuse pour leur budget. Compter 500 € pour commencer avec 1 seule ruche en utilisant le matériel prêté gratuitement par l’association. Une colonie d’abeilles se négocie entre 90 et 140 en fonction de la saison.

 

Disparition de l’abeille sauvage sur de nombreux territoires du nord Deux-Sèvres.

Seule la présence d’apiculteurs (amateurs ou professionnels) permet de maintenir cet insecte pollinisateur. Les ruchers communaux y sont rares, les municipalités sont hésitantes en raison des craintes que suscitent leur installation.

Sauvage ou « domestiquée » il s’agit de la même abeille : ce sont les colonies domestiquées qui, en essaimant, maintiennent la présence de colonies devenues sauvages. Malheureusement, celles-ci auront du mal à survivre sous la pression de VARROA (petit acarien qui affaiblit la colonie d’abeilles jusqu’à la disparition de celle-ci).

Projet :   formation & accompagnement des apiculteurs

mise en place en 2018 d’un accompagnement (parrainage) des nouveaux apiculteurs ayant suivi la session précédente. Sur la base du volontariat, des apiculteurs expérimentés accueilleront les novices dans leur rucher.

– création début 2018 de 7 micros-ruchers écoles où sera dispensée une formation spécifique « élevage de nouvelles colonies d’abeilles » destinée aux adhérents  actifs et aux élèves du rucher école de VIENNAY (seconde année).

Cette formation sera assurée par des apiculteurs référents responsables des 7 micros-ruchers écoles disséminés dans le nord DS. Les colonies d’abeilles en place seront divisées en présence des stagiaires en utilisant plusieurs méthodes puis cédées à prix coûtant aux nouveaux élèves du rucher école de VIENNAY.

– accompagnement technique des municipalités pour la création de ruchers communaux , formation d‘agents municipaux, visites de réalisations en fonctionnement.

Objectifs

Installation de 7 micros ruchers écoles dès 2018 qui produiront au moins quarante colonies d’abeilles par an (cédées à prix coûtant) de façon à assurer annuellement la création d’une vingtaine de nouveaux ruchers .

Former tous nos adhérents ne maîtrisant pas la division des colonies d’abeilles.

– multiplier les installations de ruchers communaux.

– Si le succès est au rendez-vous, nous envisageons l’emploi d’une personne à temps partiel sachant qu’il s’agit d’une activité saisonnière.

Informer les enfants et adolescents en intervenant dans les classes qui le souhaitent, participer à des manifestations et fêtes locales afin et susciter de nouvelles vocations.

 

Coût du projet :

                                                                                                                       ttc   

– 15 colonies d’abeilles                                                                                1800 €

 

– 15 ruches, 45 ruchettes et matériel pour

le fonctionnement de 7 micros rucher écoles                                           6588.35    

 

Total dépenses     ttc                                                                             8 388.35 €

 

Facebooktwitter

Laisser un commentaire